L'ACPEQ

Qui sommes nous?

cropped-ACPEQ_Logo-Couleurs-1-1.png

Nous sommes là pour les familles!

L’Association chrétienne des parents-éducateurs du Québec (ACPEQ) est une organisation chrétienne bilingue, sans but lucratif, qui vise à informer, soutenir et encourager les familles ayant choisi d’enseigner à leurs enfants à la maison, ou qui le considèrent. L’ACPEQ entend soutenir les parents dans leur responsabilité d’éducateurs, les aider à « équiper » leurs enfants, pour qu’ils prennent leur envol dans la vie, exercent avec excellence leurs dons et leurs talents, et ainsi qu’ils puissent faire une différence dans leur communauté.

Notre conseil d’administration est normalement constitué de cinq couples de parents-éducateurs bénévoles. L’ACPEQ cherche à maintenir au sein du conseil une représentation régionale ainsi que l’équilibre linguistique. Les couples servant présentement le conseil d’administration sont les
suivants :

Président et porte-parole : Patrice Boileau
Vice -président : David Maurais
Secrétaire : Ronald Heron
Président sortant : Ivan Cyr 
Coordonnatrice du congrès annuel : Sylvie Crasci
Coordonnatrice des groupes de soutien : Josée Robitaille
Administrateurs : Ronald Heron, Rebecca Heron, Denis Dallaire, David Maurais, Sylvie Vandevoorde

La foi chrétienne, qui anime notre association, se vit dans le respect des convictions de chacun. En effet, l’ACPEQ offre ses services à tous les parents-éducateurs qui font l’école-maison au Québec et qui deviennent membres, sans égard à leur appartenance religieuse.

Si vous croyez qu’il revient d’abord et avant tout aux parents de voir au bien-être, à la socialisation et à l’éducation de leurs enfants, vous êtes ici chez vous !

L’ACPEQ a été mise sur pied vers la fin des années 90, par quelques couples de parents-éducateurs chrétiens. Nos couples fondateurs étaient ceux-ci :

  1. Denis et Martha Bourget
  2. Rod et Cheryl Stillwell
  3. Michel et Carole Cardinal
  4. Daniel et France Maurais
  5. Paul et Kathy Van Buren
  6. Jim et Loraine Cairney
  7. Laval Perron et Manon Fortin

Toutes ces personnes portaient un désir commun, celui de créer une association basée sur des valeurs chrétiennes, et dont la mission serait de représenter et rassembler les parents-éducateurs du Québec. Tous, ils ont choisi de mettre leur confiance en Dieu et d’œuvrer de telle sorte que l’ACPEQ voie le jour et qu’elle perdure.

L’ACPEQ a été fondée principalement pour que :

  • Les chrétiens qui font l’école-maison puissent connecter les uns avec les autres à travers une association portant fièrement les valeurs chrétiennes.
  • Les voix de ces parents puissent être entendues jusque dans les hautes sphères gouvernementales, de sorte que leurs besoins soient exprimés, et que leurs droits soient respectés.

 

Cela étant dit, dès ses débuts, l’Association Chrétienne des Parents-Éducateurs du Québec s’est voulue ouverte à tous les parents-éducateurs québécois, peu importe leur croyance, pour autant qu’ils puissent accepter, et respecter, que cette association était basée sur valeurs chrétiennes, et dirigée par des croyants. C’est pour que cet aspect de l’ACPEQ soit pleinement manifeste que M. Michel Cardinal, l’un de nos fondateurs, tenait beaucoup à ce que le terme « chrétien » fasse partie de l’appellation officielle de l’association.

En 1998, s’est tenu notre premier congrès. Ce congrès annuel permet de rassembler les parents-éducateurs du Québec dans un même lieu, leur donnant la chance de se rencontrer et d’échanger sur leur expérience d’école-maison dans un climat fraternel.

C’est lors de ce premier congrès que les bases des groupes de soutien ont été mises en place. M. Michel Cardinal a demandé à chaque membre de lever la main, selon la région d’où il venait. Les gens d’une même région ont donc pu se reconnaître entre eux et former des groupes.

Gloire à Dieu ! Cela répondait au besoin de socialisation entre des familles d’école-maison ! Ils pourraient ainsi se rencontrer entre eux sur une base plus régulière, et ce, dans un contexte respectueux des valeurs chrétiennes ! Des leaders de groupes ont également été choisis afin de servir de lien de communication entre le CA et les membres de l’ACPEQ, et de prendre en charge l’organisation des rencontres de groupes de soutien.

Pour s’assurer que les leaders de groupes de soutien et que les membres du CA restent au même diapason, une journée des leaders annuelles fut aussi mise sur pied. Elle existe encore aujourd’hui et est très utile au bon fonctionnement de l’Association et à la bonne communication entre le CA et ses membres.

Dans un autre ordre d’idée, l’ACPEQ a aussi beaucoup travaillé à représenter les intérêts des parents-éducateurs auprès des diverses instances gouvernementales. Les membres du conseil d’administration de l’ACPEQ avaient pour tâche d’obtenir des audiences de membres importants du gouvernement pour faire connaître l’association et plaider en faveur de lois favorables à l’école maison.

Pour accomplir cette mission, les membres du CA ont eu recours fréquemment aux conseils de Mr. Dallas, de la HSLDA, pour tous les aspects légaux. Mme Carole Cardinal a longtemps servi de traductrice entre Mr. Dallas et les membres de l’ACPEQ, lorsque ceux-ci avaient des difficultés avec leurs commissions scolaires. Mr. Dallas était régulièrement invité lors des premiers congrès pour expliquer des questions légales de l’école-maison à tous les membres de l’association.

Dès les débuts de l’ACPEQ, notre association a travaillé en étroite collaboration avec la HSLDA, qui demeure à ce jour la meilleure référence légale qui soit en matière d’école-maison.  La plupart de nos membres font encore partie aujourd’hui des deux associations.

Plus tard, M. André Riendeau a succédé à M. Michel Cardinal comme président.  Le défi à cette époque était de moderniser la gestion de l’ACPEQ avec un nouveau site web. Ce site a constitué un véritable casse-tête pendant quelques années !

Puis, M. Ivan Cyr, un québécois d’adoption (originaire de l’Alberta) a ensuite assuré la présidence de l’ACPEQ.  C’est pendant son mandat que la loi et la règlementation sur l’enseignement à la maison ont placé les associations d’école-maison sur la scène publique. À cette occasion, l’ACPEQ a nommé un porte-parole, M. Patrice Boileau, pour travailler en collaboration avec les autres associations d’école-maison et les instances gouvernementales. Son rôle est de promouvoir notre mode d’éducation au Québec et de défendre le principe voulant que toute règlementation en cette matière soit « simple, flexible et au choix des parents. »

 

 

ACPEQ

Le caractère bilingue de l’ACPEQ est déjà manifeste dans notre logo ; le nom de notre association et une référence biblique s’y lisent dans les deux langues officielles. En arrière-plan, se trouve une représentation géographique du Québec, là où nous œuvrons. Les livres, sur la droite, réfèrent à l’étude, et, bien sûr, à la Bible, d’où est tiré un verset qui nous inspire.
Le voici :

Ésaïe 40 : 31

Mais ceux qui espèrent le Seigneur renouvellent leur force.
Ils prennent leur essor comme les aigles ;
Ils courent et ne se fatiguent pas,
Ils marchent et ne s’épuisent pas. 

Que nous dit ce verset, dans notre contexte familial, notre contexte de parent-éducateur ? La vie familiale, comme la vie tout court, comporte son lot de défis et de difficultés. Parfois, nous pouvons être tentés de nous décourager. Mais, la foi chrétienne dit que Dieu a souci de nous, et qu’en Lui se trouvent force et assurance. Garder confiance en Dieu donne de l’essor pour surmonter les difficultés, comme l’aigle qui profite des courants d’air ascendants, sans s’épuiser à battre des ailes, pour voler plus haut que n’importe quel autre oiseau.

L’ACPEQ donne des informations pertinentes à toutes les personnes intéressées par l’école-maison sur ce qu’est l’école-maison, sur la façon dont elle se vit au Québec, sur la manière de procéder pour débuter ou maintenir son école-maison. L’ACPEQ pointe aussi vers divers liens enrichissants dans ce domaine. Étant donné que le mouvement d’école-maison a des décennies d’avance dans le monde anglo-saxon, plusieurs de ces liens proposent des ressources unilingues anglaises. Consciente que plusieurs de ses membres sont francophones, l’ACPEQ met aussi du temps pour traduire et présenter les meilleures de ces sources.

De plus, l’ACPEQ dispose d’un réseau de groupes de soutien locaux, avec lesquels elle peut mettre ses nouveaux membres en relation. Chaque groupe fonctionne de manière autonome, selon les aspirations des membres locaux ; certains voudront organiser des sorties de groupe, des expositions scientifiques, des exposés oraux, des ateliers de cuisine, des clubs de discussion, etc. L’ACPEQ est disponible pour répondre à divers questionnements ou besoins des groupes de soutien.

Pour joindre un de nos groupes de soutien, envoyez un courriel à : groupesoutien@acpeq.org

Les membres de l’ACPEQ ont aussi accès à des séances d’informations, des activités de formation et un Congrès annuel.

Enfin, l’ACPEQ, en lien avec ses partenaires, dont le principal est la HSLDA, représente les intérêts des parents-éducateurs québécois auprès du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES), plus particulièrement avec la Direction de l’enseignement à la maison (DEM). Voici, de façon succincte, les points que nous revendiquons pour les parents-éducateurs devant le MEES, conjointement avec la HSLDA :

  • Libre choix quant au programme éducatif. En d’autres termes, cela signifie que les parents puissent choisir en toute liberté le contenu de l’enseignement dispensé, incluant de suivre ou non le programme officiel du Ministère.

  • Alternatives pour l’évaluation permettant de satisfaire la grande majorité des familles, en respect des diverses lois sur l’instruction publique, dont la loi 144 et le règlement sur l’enseignement à la maison.

  • Retrait de toute menace et intervention de la DPJ auprès des familles faisant l’école-maison concernant les litiges administratifs avec leur commission scolaire.

La philosophie de l’ACPEQ représente le fondement même qui oriente toutes les actions et toutes décisions de l’Association. D’une part, l’ACPEQ puise sa philosophie du mouvement chrétien de l’école-maison, basé sur certains principes bibliques, par exemple, sur ces versets bien connus de Deutéronome 6 : 6-7

Ces paroles que j’institue pour toi aujourd’hui seront sur ton cœur.  Tu les inculqueras à
tes fils et tu en parleras quand tu seras chez toi et quand tu seras en chemin, quand tu
te coucheras et quand tu te lèveras.

Dans le milieu éducatif chrétien, ces versets sont communément interprétés comme montrant que l’éducation est la responsabilité des parents, tout le temps et partout. 

D’autre part, la philosophie de l’ACPEQ s’appuie sur les traditions légales connues depuis des siècles, sur lesquelles sont bâties nos lois actuelles, et qui placent l’institution et l’autorité familiale comme socle de la société. À titre d’exemple, citons simplement notre Code Civil, article 599 : « Les père et mère ont, à l’égard de leur enfant, le droit et le devoir de garde, de surveillance et d’éducation. »

Concrètement, cela se traduit pour l’ACPEQ par cette philosophie, énoncée comme suit :

  1.  L’ACPEQ estime qu’il revient d’abord et avant tout aux parents de voir au bien-être, à la socialisation et à l’éducation de leurs enfants, peu importe leur philosophie de l’éducation.

  2. L’ACPEQ favorise d’abord l’éducation et la socialisation des enfants dans le cadre naturel qu’est la famille.

  3. L’ACPEQ reconnaît que l’État a un intérêt dans l’éducation des enfants, mais elle affirme qu’un tel intérêt est subordonné à la responsabilité des parents à cet égard.

  4. L’ACPEQ estime que le droit à l’éducation à la maison n’inclut pas seulement le droit de choisir l’endroit où l’éducation a lieu, mais aussi le droit d’en déterminer le contenu, les méthodes et le moment propice.

  5. L’ACPEQ maintient que l’évaluation des enfants fait partie intégrante du processus éducatif et que, par conséquent, les parents ont le droit ultime et la responsabilité de déterminer les modalités de l’évaluation.

  6. L’ACPEQ maintient que l’État doit exercer son intérêt dans l’éducation des enfants par les moyens les moins envahissants.

  7. L’ACPEQ pratique et recommande, en conformité avec sa philosophie, une politique d’interaction constructive dans ses relations avec les fonctionnaires du ministère de l’Éducation (spécifiquement les fonctionnaires de la DEM) et les administrateurs des commissions scolaires.

Nos bénévoles de l’ACPEQ vous soutiennent dans vos projets, encouragent vos groupes de soutien, facilitent le réseautage entre parents-éducateurs, etc., mais nous n’offrons pas le soutien juridique expert qu’offre la HSLDA. C’est pourquoi l’ACPEQ (Association chrétienne des parents-éducateurs du Québec) est affiliée à la HSLDA (Association juridique canadienne pour l’école-maison), notre principal partenaire.

Nous recommandons vivement à nos membres et, plus généralement, à tous ceux qui souhaitent faire l’école-maison, de devenir aussi membre de la HSLDA. Choisir une voie éducative moins connue a toujours représenté un défi, et il est arrivé que des parents-éducateurs aient à faire valoir leurs droits juridiquement. Ces dernières années, au Québec, les lois entourant l’école-maison ont été grandement modifiées, et il n’est pas exclu qu’elles le soient encore.

Pour vous tenir bien informés de vos droits et obligations légales, pour recevoir les conseils juridiques les plus à jour et pour bénéficier d’une équipe d’avocats expérimentés dans ce domaine, vous avez tout avantage à recourir à cette association qui possède une longue expérience dans la défense des droits des parents-éducateurs à travers tout le Canada. En réalité, la HSLDA est la seule organisation au Canada possédant l’expertise légale pour représenter les familles d’école-maison qui sont en conflit avec les commissions scolaires, les services sociaux ou les agences gouvernementales.

Outre la HSLDA, notre association travaille en collaboration avec des dirigeants d’associations provinciales d’école-maison à travers le Canada et aux États-Unis, et notamment, avec les principales associations d’école-maison reconnues au Québec dont l’AQED, l’AEJEM, et le Centre Communidée.